Google Ads : les annonces responsives deviennent le format par défaut - Ad's up
Fermer

Demande de devis ou d’informations :


    Nom

    Prénom

    Tél

    Site internet

    Email

    Société

    Laissez votre message en précisant budget ou levier d’acquisition actuel si possible

    Fermer Menu
    ×

    Google Ads : les annonces responsives deviennent le format par défaut


    Le 18 février dernier, Google a annoncé des mises à jour concernant Google Ads. Lancées en 2018 dans le but «d’adapter les annonces de manière à afficher un message plus pertinent auprès des clients » grâce à un système de Machine Learning, les annonces responsives (RSA) sur le Réseau de Recherche sont désormais le format par défaut pour les campagnes Google Ads. Un changement mineur pour certains, étant donné que les annonces textuelles grand format (ETA) sont toujours disponibles sur l’outil de Google, mais qui est particulièrement significatif de la stratégie de Google, qui tend très clairement vers l’automatisation des campagnes de ses utilisateurs.

    Google Ads : les annonces responsives deviennent le format par défaut

     Annonces RSA : pourquoi les mettre en avant ? 

    A la différence des annonces ETA, les annonces RSA sur le Réseau de Recherche «identifient automatiquement la meilleure combinaison de titres et de descriptions afin de diffuser la bonne annonce auprès de la bonne personne.» En clair, les annonces RSA fonctionnent par l’intermédiaire du Machine Learning, qui aide l’utilisateur à rendre ses campagnes plus efficaces. Le moteur de recherche indique d’ailleurs que « certains annonceurs qui ajoutent des annonces responsives sur le Réseau de Recherche à leurs groupes d’annonces enregistrent jusqu’à 10 % de clics et de conversions supplémentaires. » Des chiffres explicables par le simple fait que le Machine Learning de Google prend en compte de nombreux signaux par seconde, chose plus difficile à faire manuellement.

     Annonces RSA : un Machine Learning plus efficace

    Dans son communiqué, Google explique que le contexte actuel, marqué notamment par la pandémie de COVID-19, modifie considérablement la façon dont les internautes effectuent leurs recherches sur sa plateforme. Des termes comme « restaurants avec des plats à emporter » ou « cours en ligne » ont, par exemple, été bien plus recherchés cette année par rapport aux précédentes, en même temps que ces besoins devenaient de plus en plus importants pour les internautes. Des tendances que le Machine Learning de Google prend en compte en temps réel, grâce aux nombreux signaux captés, à l’inverse des experts de Google Ads qui doivent multiplier les tests et les expériences pour tenter de s’adapter à ce contexte et aux nombreux changements qu’il impose.

    Annonces RSA : vers une baisse de contrôle des utilisateurs ?

    Vous l’aurez compris, les annonces RSA permettent, en effet, d’augmenter les taux de clics et de volume de clics des campagnes. Cependant, elles réduisent le degré de contrôle car les données statistiques sont moins précises que celles des ETA. Comme vu avec les dernières annonces SEA, via son Machine Learning toujours plus performant, Google tend à automatiser la gestion des campagnes. Et si, comme précisé plus haut, les annonces textuelles grand format (ETA) restent disponibles pour les experts de Google Ads, on peut facilement imaginer que bon nombre d’entre eux, notamment les moins initiés, vont privilégier les RSA qui sont désormais le format par défaut en plus d’être, de manière générale, bien plus faciles à exécuter pour tester différents wording.

    Si vous avez des questions sur votre stratégie SEA ou souhaitez être accompagnés dans votre stratégie web-marketing, n’hésitez pas à contacter notre agence Google Ads via notre formulaire de contact.